Grands Peintres (Les) - Tome 2

Description

Début 1819, Francisco de Goya, atteint de surdité, emménage dans une nouvelle propriété, la Quinta Del Sordo, en compagnie de l'un de ses modèles, Leocadia Weiss, et de sa fille, Rosario. Au premier abord terrifiée par le vieux peintre et la noirceur de ses tableaux, la jeune fille demeure fascinée par sa capacité à engendrer des univers entiers à la seule force de ses pinceaux. De son côté, Goya s'émerveille de la vitalité de l'enfant qui lui permet de surmonter sa solitude et sa mélancolie. Une véritable complicité s'installe entre ces deux êtres que tout oppose Mais, peu à peu, Rosario s'étiole, se dessèche. Goya la croit alors atteinte du désespoir qui le ronge. Il s'accuse de l'avoir contaminée. Le tableau _Saturne dévorant l'un de ses enfants_ est peint sous cette influence...

Autres informations

Autres albums de la série



Grands Peintres (Les) - Tome 2

Début 1819, Francisco de Goya, atteint de surdité, emménage dans une nouvelle propriété, la Quinta Del Sordo, en compagnie de l'un de ses modèles, Leocadia Weiss, et de sa fille, Rosario. Au premier abord terrifiée par le vieux peintre et la noirceur de ses tableaux, la jeune fille demeure fascinée par sa capacité à engendrer des univers entiers à la seule force de ses pinceaux. De son côté, Goya s'émerveille de la vitalité de l'enfant qui lui permet de surmonter sa solitude et sa mélancolie. Une véritable complicité s'installe entre ces deux êtres que tout oppose Mais, peu à peu, Rosario s'étiole, se dessèche. Goya la croit alors atteinte du désespoir qui le ronge. Il s'accuse de l'avoir contaminée. Le tableau _Saturne dévorant l'un de ses enfants_ est peint sous cette influence...

Grands Peintres (Les) - Tome 2

Début 1819, Francisco de Goya, atteint de surdité, emménage dans une nouvelle propriété, la Quinta Del Sordo, en compagnie de l'un de ses modèles, Leocadia Weiss, et de sa fille, Rosario. Au premier abord terrifiée par le vieux peintre et la noirceur de ses tableaux, la jeune fille demeure fascinée par sa capacité à engendrer des univers entiers à la seule force de ses pinceaux. De son côté, Goya s'émerveille de la vitalité de l'enfant qui lui permet de surmonter sa solitude et sa mélancolie. Une véritable complicité s'installe entre ces deux êtres que tout oppose Mais, peu à peu, Rosario s'étiole, se dessèche. Goya la croit alors atteinte du désespoir qui le ronge. Il s'accuse de l'avoir contaminée. Le tableau _Saturne dévorant l'un de ses enfants_ est peint sous cette influence...

Autres albums de la série